E-book Mémoire Collective et Information Quantique
           " L'Impossible Histoire "  
Faites un clique ici et lisez les observations pour trouver la solution à vos problèmes.
         
 
  Je sais de quoi je parle, parce qu'en 1985 je connaissais déjà le "Secret de l’Évolution de l'Humanité", mais c’était écrit dans mon destin, et ce n'est que maintenant que j'ai trouvé l'outil pour pouvoir vous le raconter ! Pensez-vous qu'aujourd'hui je pourrais convaincre quelqu'un de la réalité de mes histoires, sans les images de Robert ? Si vous arrivez à trouver la finesse, vous allez rire, ce serait quelqu'un d'autre je ne saurais pas vous dire, mais venant d'André je sais que par tinette il voulait dire (réservoir à quelque chose).
  Pour faire son travail photo, Robert a utilisé deux appareils photo récents, deux Kodak 04 avec lesquels, il a pris les photos sur les supports de couleur grise.
  Sur cette série de seize cartes sur les supports de couleur grise, quelqu'un qui regarde les cartes sans connaitre l'histoire, ni le but de cette édition de cartes, va se dire que Robert a loupé ses photos. Mais c'est faux, le qualificatif pour la perfection de son travail n'existe pas !
    Regardez la perfection de l'image (26b), regardez la position du timbre noir qui nous montre l'endroit précis où Robert se trouve quand il prend cette photo.
Sur l'image ((26h) ici à gauche), regardez le pied droit de Robert. C'est son pied que déclenche le dispositif que prend la photo (26h) et c'est donc avec sa main que au dixième de second, avec le Kodak 04, il prend la photo (26b ci-dessous à droite). Sur l'image (26b), des coolies qui soutiennent le cercueil, les deux de gauche n'ont pas bougé et celui de droite qu'avait une position courbée s'est légèrement redressé, ce qu'a permis au coolie au fond du trou de tirer le cercueil vers lui. C'est donc l'image (26h) qu'a été prise en premier.  À l’extrême droite de l'image (26h), ne sachant toujours pas qui est cet homme, je continuerai de l’appeler l'homme en blanc. Vous ne pouvez pas voir sa main droite, mais la journée a été rude, sa jambe lui fait mal et, pour arriver à se tenir droit, il s'accroche de toutes ses forces à la canne qui le soutien. Il est possible que cet homme soit Raoul Bonnal. Regardez sa main gauche, il se prend pour le photographe et on a l'impression qu'il déclenche l'appareil qui prend la photo. Regardez son ombre touche la base du piquet sur lequel ils ont accroché une sentence.
 
Sachant que nous sommes dans la deuxième partie de cette journée de treize heures précises, si on trace une ligne qui touche son casque en partant de la base du piquet, à l'autre bout nous avons le soleil, et sa position nous donne l'heure. Il est environ quatorze heures trente, et ils sont en train d'enterrer ce que personne n'a jamais su qui c’était, ou peut-être des gens le savent, car dans ce cercueil Robert y avait ajouté un message ! Mais ils gardent jalousement ce secret.
  Regardez le gendarme devant Robert avec les mains dans les poches et son air admiratif, c'est André.
 À gauche de Robert, sous le casque, vous avez Anne qui continue de jouer son rôle de zombie, et qu'à présent s'arrange pour se trouver le plus loin possible de l'homme en blanc. Je vous raconterai.   L'obturateur (objectif) de l'appareil que vient de prendre la photo (26h) se trouve en dessous du (0) de 1908. Avec une bonne ampliation d'image on peut voir le dessous de la chaussure de Robert. Robert aurait donc posé la pointe de son pied droit sur un fil qui a déclenché la prise d'image (26b).   Pourquoi ne voit-on pas l'ombre de la personne qui tient l'appareil photo que prends l'image (26h) ? _La réponse est simple... Il n'y a personne ! Comme un peintre aurait pu faire son autoportrait Robert vient de faire sa auto-photo.
  Les cartes-postales sur les supports de couleur marron sont documents d'archive et ont été numérotées datées et commentées par Anne.
  Les cartes-postales sur les supports de couleur grise, on été commentées par Robert, s’insèrent dans la série de cartes documents d'archive, et nous donnent un sens de la réalité des exécutions de Hanoï en 1908, jusqu'à nos jours méconnu !
   En ce moment, et à vue des faits, vous êtes probablement d'accord avec moi, que Robert est bien l'auteur de la première manipulation d'images, faite par un membre de la presse, dans le but de manipuler l'opinion publique. Ce que justifie mon titre de, "La Première Superbe Fake News".
  À part ses deux Kodak 04, Robert avait deux chambres noires, une de probablement quarante centimètres par quarante, et une soixantaine de centimètres de hauteur, et une autre de huit mètres de largeur sur une bonne quinzaine de profondeur, et une hauteur de plus de six mètres. À cette deuxième chambre noire ils on appelé Yên-Thé-Âtre'' (63.1h) e (63.2h). En effet à Motrang ils ont construit un énorme hangar avec sa superbe entrée principal vers l'est, et à l'autre bout côte ouest une sortie qui donnait sur un podium, où ils donnaient des représentations de spectacles, et où les spectateurs assistaient à l'air libre.

 
 
  61
 
62  
 
 
<<<
(26b)  (26h)  (63.1h)  (63.2h) 
>>>